TAO : renforcer les compétences en orthographe avec le dispositif Twictée

Publié le 31 mars 2021 Mis à jour le 12 avril 2021

Le projet TAO est né à l’initiative d’enseignants qui souhaitaient évaluer un dispositif didactique numériquement outillé d’enseignement de l’orthographe : la twictée. Dans ce dispositif, de courtes dictées sont l’occasion d’un travail de « négociation » dans la classe, pour justifier les solutions aux problèmes orthographiques rencontrés, puis d’un échange par Twitter avec d’autres classes, pour proposer des corrections et les argumenter grâce à une typologie d’erreurs. La dimension collaborative du dispositif occupe donc une place importante en classe, mais aussi entre enseignants du réseau.

L’appel à projet e-FRAN a constitué le cadre dans lequel l’association Twictée, trois académies, quatre laboratoires de recherche, une ESPE et CANOPE-Viaéduc se sont associés. Ils ont cherché à déterminer l’efficience du dispositif Twictée et de ses usages en fonction des différents publics, à analyser dans quelle mesure les pratiques communautaires des enseignants twictonautes favorisent leur développement professionnel et ont proposé des ressources de formation cohérentes, adaptées à l’enseignement de l’orthographe.


Présentation du projet

On parle du projet :

Ressources audiovisuelles

Denis Alamargot & Marie France Morin
Psychologie cognitive de la production écrite

  • Partie 1 - Denis Alamargot / Des apports pour améliorer l'acquisition et le développement de l'écriture chez les élèves. La production écrite met en concurrence de nombreux processus mentaux. Lesquels ? Et surtout, quelles pistes pour améliorer la capacité d'orthographier des élèves ? (accéder au texte de l'intervention)
  • Partie 2 - Marie-France Morin / Nouvelles conceptions du développement orthographique et prise en compte des différences individuelles à l'école primaire.
  • Partie 3 - Denis Alamargot / Mise en évidence des stratégies cognitives en oeuvre dans la réussite de l'accord sujet-verbe chez les élèves: l'intérêt du dispositif Eye and Pen. Denis Alamargot évoque les stratégies cognitives mises en œuvre dans la réussite de l’accord sujet-verbe chez les élèves, notamment  l'usage de "fixations oculaires régressives sur le groupe nominal". Comment la recherche met en évidence cette stratégie ? Quelle est son évolution selon l'âge du scripteur ? (accéder au texte de l'intervention)


Xavier Aparicio & Denis Alamargot
Les outils numériques pour écrire et orthographier: aides ou contraintes cognitives

  • Partie 1 - Xavier Aparicio / Le cas du traitement de texte. Xavier Aparicio aborde le cas du traitement de texte et du clavier. À quelles conditions sont-ils des aides, ou des contraintes, en situation de rédaction ?  Que dit la recherche de leurs effets sur les élèves ? (accéder au texte de l'intervention)
  • Partie 2 - Denis Alamargot / Le cas des tablettes tactiles. Écriture au clavier, au doigt ou au stylet, quelles sont les limites et les potentialités de la tablette tactile en situation d'orthographier et de production écrite ? (accéder au texte de l'intervention)
  • Partie 3 - Xavier Aparicio / Ecrire au clavier ou au stylo ? Xavier Aparicio clôt cette série de vidéos en abordant les cas du clavier et du stylo. Plusieurs questions se posent : Quelles répercussions de l'écriture dactylographiée face à l'écriture au stylo sur le plan cognitif ? L'écriture dactylographiée va-t-elle supplanter l’écriture manuscrite ? (accéder au texte de l'intervention)


Elisabeth Bautier

  • Métalangage et activité langagière. La question de l’usage du métalangage pose des difficultés aux enseignants. Elisabeth Bautier aborde dans cette vidéo la nécessité d’utiliser le métalangage avec les élèves dès que possible. Cela permet aux élèves de parler sur et de la langue avec des mots spécifiques. Elle insiste sur les liens à réaliser entre les mots étiquettes et l’activité cognitive grammaticale et orthographique. Ces mots sont des outils pour penser. (accéder au texte de l'intervention)
  • De la nature des "interactions langagières" en classe... Elisabeth Bautier aborde dans cette vidéo la place et le rôle des échanges des élèves dans la classe. Elle insiste sur le fait que c’est la nature des échanges qui est importante. Les échanges collectifs sont tout aussi importants que les échanges inter-individuels. (accéder au texte de l'intervention)
  • Le langage pour apprendre la langue... en classe. Les modes de socialisations langagiers sont différents d’un élève à l’autre. Elisabeth Bautier insiste sur la nécessité d’un double apprentissage, à la fois langagier et cognitif. La question est de comment apprendre à un enfant à penser que la langue peut être interrogée comme un objet d’étude au même titre que les mathématiques par exemple. La langue est un système régulier que l’on peut comprendre. (accéder au texte de l'intervention)
  • L'oral en classe. Toutes les pratiques de l’oral ne se valent pas. Elisabeth Bautier parle des différents usages de l’oral qui est une question fondamentale. Pour réduire les inégalités, elle insiste sur l’oral pour apprendre. Elle distingue l’oral pour communiquer, l’oral pour s’exprimer, l’oral pour apprendre, l’oral conversationnel. (accéder au texte de l'intervention)


Catherine Brissaud

  • Dictée traditionnelle et dictées innovantes, quelles pratiques pour quelle efficacité ? Catherine Brissaud aborde les différents types de dictées (traditionnelle et innovante) et les démarches associées. Elle s’appuie sur une recherche québécoise pour montrer les apports des dictées innovantes pour les élèves et notamment pour les plus fragiles. Elle développe les cinq grandes catégories pour classer le métalangage (outil et objet d’apprentissage). (accéder au texte de l'intervention)
  • Quelle nécessité d'un enseignement / apprentissage systématique, explicite et raisonné de l'orthographe ? Catherine Brissaud propose de revenir sur les résultats de deux études qui attestent d’une baisse de compétences orthographiques des élèves. Elle indique la nécessité d’un temps long pour l’apprentissage de l’orthographe. Elle propose dans cette vidéo plusieurs pistes didactiques aux enseignants. Elle insiste sur l’importance de donner aux élèves les moyens et les outils pour apprendre à conduire un raisonnement complet et donner des preuves de ce que l’on avance. (accéder au texte de l'intervention)
  • Ecritures approchées: quelles pratiques ? A quels niveaux impactent-elles les capacités et compétences des élèves ? Catherine Brissaud définit ce que sont les écritures approchées dès la GS de la maternelle. Elle aborde dans cette vidéo l’impact de la pratique des écritures approchées sur les capacités et les compétences des élèves. Cette pratique est un levier pour un apprentissage de la lecture et de l’écriture. Pratiquer les écritures approchées, c’est réfléchir aux signes et aux conventions qu’on utilise à l’écrit et c’est réfléchir aussi au but de la communication écrite. Catherine Brissaud propose quelques exemples de situations d’écritures approchées avec les élèves. (accéder au texte de l'intervention)


Jacques Crinon

  • Quelle importance de l'activité métalinguistique et métalangagière pour le savoir orthographier ? Selon Jacques Crinon la phrase est "une sorte de jeu de construction : des groupes concaténés de manière hiérarchique". Un des leviers du savoir orthographier passe par une activité métalinguistique et métalangagière qui enrôle les élèves dans la manipulation des concepts orthographiques. Il en tire trois principes d'action pour les enseignants. (accéder au texte de l'intervention)
  • Apprentissage statistique et apprentissage par transmission des règles. Quelles réalités et quels effets sur la connaissance du système orthographique par les élèves ? Dans cette vidéo Jacques Crinon décrit les relations entre apprentissage statistique (dit implicite) et apprentissage par transmission des règles. Il explicite comment l'un comme l'autre contribuent, en interaction, à l'acquisition de l'orthographe par les élèves. (accéder au texte de l'intervention)
  • Les effets des modalités d'enseignement de l'orthographe sus son apprentissage. À long terme ou à court terme, en situation de dictée ou de production écrite, Jacques Crinon évoque dans cette vidéo les résultats de la recherche sur les effets des modalités d'enseignement de l'orthographe. (accéder au texte de l'intervention)


Belinda Lavieu-Gwozdz & Thierry Pagnier
Quel rapport à l'orthographe chez les enseignants pour quel rapport à construire chez les élèves ?

  • Partie 1 - Rapport à la langue et représentations de langue. Dans cette vidéo, Bélinda Gwozdz-Lavieu et Thierry Pagnier définissent les termes de langue (usages privés du langage) et de langage. Ils abordent l’impact des habitudes cognitives et scolaires sur les représentations de la langue et de l’orthographe. Ils identifient deux manières de se représenter la langue :
    -       Langue comme un système
    -       Langue comme un ensemble de pièges
    Ils se sont également intéressés au point de vue des élèves sur les moments d’orthographe. (accéder au texte de l'intervention)
  • Partie 2 - Littéracie et malentendu sociocognitif. Belinda Gwozdz-Lavieu et Thierry Pagnier indiquent qu’il est important de comprendre le décalage entre les situations que l’enseignant croit mettre en place et ce que l’élève en interprète. Ils définissent le terme de littératie. Un rapport réflexif sur la langue doit être engagé lors des séances d’orthographe. La langue est donc un objet d’analyse. (accéder au texte de l'intervention)
  • Partie 3 - Littéracie ordinaire et littéracie scolaire. Dans cette vidéo, Bélinda Gwozdz-Lavieu et Thierry Pagnier s’appuient sur les résultats de leur recherche afin de donner quelques exemples pour illustrer leurs propos des deux précédentes vidéos. Ils proposent un exemple autour des notions de phrases simples/phrases complexes. (accéder au texte de l'intervention)